Epopée de la canne

Dès le parvis de la Saga du Rhum, le décor est dressé. Un damier de variétés de cannes anciennes, aux noms sucrés et évocateurs, fait face à un alignement de tonneaux : c’est que, depuis des millénaires, la canne offre au Monde une boisson appréciée, le rhum.

Dès le 17e siècle, période à laquelle sa présence est attestée à la Réunion, la canne à sucre fournit aux premiers habitants son jus sucré, ingrédient principalement utilisé pour la fabrication d’une boisson fermentée appelée « fangourin ». Au fil des siècles et des améliorations apportées à son élaboration, le fangourin devient arack, guildive puis rhum.

Avec l’industrialisation sucrière au début du XIXe siècle et la multiplication des usines sucrières, le jus sucré est utilisé prioritairement pour la fabrication du sucre. Les distilleries utilisent alors un résidu de la cristallisation du sucre, la mélasse pour la fabrication du rhum traditionnel de sucrerie.

Seules deux distilleries à la Réunion, dont celle de la famille Isautier, continuent à produire du rhum agricole, directement élaboré à partir du jus de canne.

Liens | Livre d’or | Contactez-nous |
Mentions légales